Le Moulin de l'Etoile

Ouvrages disponibles

Sept Instructions aux Frères en Saint-Jean

C

Curieux cheminement de la Révélation qui dans ces Instructions prend une forme chrétienne alors qu’on y sent des réflexions que n’auraient pas désavoué Guénon. Il est vrai que ce texte est proche de ce que nous savons de l’Estoile Internelle dont Charbonneau-Lassay fut l’un des derniers membres avant la dislocation momentanée de cette Société.

L’ensemble des Instructions déploie, en effet, une connaissance quasiment native de l’hermétisme chrétien avec de nombreuses allusions à la maçonnerie et à la Kabbale. A ce propos recopions la lettre que Charbonneau-Lassay envoya à René Nelli alors que ce dernier préparait son Lumière du Graal aux Cahiers du Sud. « Il y a une douzaine d’années, j’ai publié dans une petite revue religieuse à très faible diffusion l’image du symbole d’un groupement d’origine médiévale certaine resté jusqu’alors absolument ignoré : l’Estoile Internelle. Ce symbole dont je n’ai pas donné l’explication entière comporte une coupe dans laquelle repose une pierre rouge. Il résume donc réunies, mais séparables, deux figures traditionnelles du St Graal : la coupe de Map et de Chrétien de Troyes et le lapsit exillis de Wolfram d’Eschenbach. L’Estoile Internelle existe toujours. Je l’ai citée en de nombreux chapitres d’un gros ouvrage Le Bestiaire du Christ (…) Ce groupement, absolument catholique orthodoxe, est strictement secret, et ses membres totalement inabordables. C’est pour favoriser mes recherches en vue du « Bestiaire du Christ » que l’avant-dernier « Major » de l’Estoile Internelle a obtenu de ses onze confrères l’autorisation pour moi de révéler l’existence de ce groupe et de publier de nombreux documents figurés sur un cahier manuscrit de la fin du XVème siècle ou du début du XVIème qui est en leur possession ».

Nous assistons là à un phénomène que Guénon a fort bien expliqué. Une société initiatique très discrète – en fait totalement inconnue, et donc secrète – apparaît durant quelques instants telle la lumière verte du soleil à son couchant, et disparaît après avoir laissé des signes suffisants de son message, de façon que d’autres puissent prendre le relais en temps nécessaire. Nous savons, en effet, que le petit groupe de l’Estoile Internelle ne s’est manifesté pour la première fois à travers Charbonneau-Lassay que pour aussitôt s’occulter. Or c’est à ce moment que les Instructions aux frères en Saint Jean commencent leur cheminement souterrain et rassemblent les quelques personnes qui peuvent en être les gardiens. On observe ainsi comment la Tradition parvient à se faufiler au milieu de tout un monde chaotique et à conserver sa pureté première.

 

Format : 1 volume 14,8 x 21 cm
Broché, 116 pages
Tirage limité à 77 exemplaires

Prix : 23

_____________________________________________________________________________________________________________________

Dante et saint Bernard de Clairvaux - Rapports du spirituel et du temporel dans l'art

C

Dans ces deux études inédites, Max Célérier aborde la rencontre spirituelle de Dante et de Saint Bernard, ce dernier ouvrant au poète de la Divine Comédie la voie vers la contemplation de la lumière éternelle. Il aborde ensuite les rapports entre temporel et spirituel puis le thème de la prédestination, avec la reprise du symbole universel de la rose chantée tant par Bernard que par Dante.

Ces deux textes, écrits respectivement en 1990 et 1996, sont les témoins de l’érudition, de la clarté et de la profondeur de la pensée de l’auteur. Max Célérier, qui nous a quittés en 2006, fut un docteur en médecine dont les patients vantaient l’écoute et la disponibilité. Il a également publié plusieurs études dans diverses revues dont les Cahiers de Bourgogne aux côtés de René Dürrbach et Nicolas Boon. Il est enfin l’auteur de l’ouvrage de référence Regards sur la symbolique de la Toison d’Or.

 

 

Format : 1 volume 12 x 18 cm
Broché, 80 pages
Tirage limité à 100 exemplaires

Prix : 18

_________________________________________________________________________________________________________________

Coutumes des chevaliers de la table ronde

C

Initialement édité en 1887 par l’imprimerie Garnier à Chartres, ce texte de Pierre à Thymo, chroniqueur belge du XVème siècle, retrace les lois qui étaient imposées aux chevaliers de la Table -Ronde.

Outre leurs coutumes, notamment en tournois, ce texte rare et abondamment commenté se termine par l’armorial détaillé des chevaliers de la légende.

 

Format : 1 volume 13 x 20,5 cm
Broché, 73 pages
Tirage limité à 100 exemplaires

Prix : 14

__________________________________________________________________________________________________________________

Parole première

C

Texte mystique de Henri Giriat, illustré de 7 encres de Jean-François Ferraton.

LUI LE VERBE
Sans commencement ni fin
toujours présent
du commencement
à la fin
Cela c’est lui le Verbe le Logos
la Parole
qui maintient
et main tenant
relève l’horizon
renoue la fin au commencement
en orbe circulaire
l’Alpha et l’Omega

 

 

Format : 1 volume 14 x 21 cm
Broché, 38 pages et calques illustrés ; tryptique inséré
Tirage limité à 100 exemplaires

Prix : 16

__________________________________________________________________________________________________________________

Trois figures hiéroglyphiques

C

Il est de ces travaux méconnus que l'on se plairait à découvrir plus souvent, de ces ouvrages de « compagnon » que l'on rêve d'exhumer du fond d'une malle. Force est de reconnaître que le travail de Charly Alverda est de ceux-là. Hormis l'oeuvre de Jean Carteret, parmi la somme de livres publiés ces deux derniers siècles au sujet du message véhiculé par les tarots, rares sont les recherches offrant autre chose au lecteur que supputations infondées ou délires occultistes. Si la présente étude fait exception à la règle, c'est essentiellement en raison des objectifs originellement envisagés par son auteur. Nullement écrits dans un but d'édition, les concepts contenus dans ce texte étaient avant tout destinés, selon toute vraisemblance, à constituer la trame de travaux voués à demeurer privés. Ces derniers étaient composés d'une mise en perspective de l'iconographie du jeu de cartes aux dragons des chevaliers de Malte (connu par les historiens sous le nom d'Infirrera ) et de textes issus d'anciennes confréries à consonance initiatique.

Aucune interprétation, aucun commentaire ne venant compléter ce curieux document, nous demandâmes expressément à l'auteur d'expliciter les textes faisant face aux œ uvres du maître cartier. Si notre requête de publier ce premier ouvrage ne fut acceptée, Charly Alverda consentit cependant à nous offrir le présent opuscule, transposant ainsi l'étude symbolique de la rose et de la croix du tarot maltais vers le chef-d'oeuvre du Maître cartier Jacques Vieville, daté au plus tard de 1664. Ce jeu de cartes peut être considéré à plus d'un titre comme le fameux Livre T des Rose-Croix tant son iconographie semble manifester, sur chaque lame, la sympathie du compagnon à l'égard de cette fraternité. Par ailleurs, nous y retrouvons conjointement, et de manière sous-jacente, les symboliques des opérations sur l' œuvre et du Compagnonnage. L'ensemble de ces éléments constitua, à cette époque, le creuset d'où émaneront les amalgames chers à la Franc-Maçonnerie et aux diverses sociétés secrètes.

Du multiple, retourner à l'unité. Tel pourrait être résumé le souhait, oserions-nous dire la quête de notre auteur. Elaborant le concept de Lys-Croix et présentant l'émergence de ses Adeptes à l'aube du XVII e siècle, Charly Alverda nous transmet essentiellement le message de la tradition sacrée du compagnonnage et de l'hermétisme chrétien. S'offre ainsi à nous un droit de passage vers le mystère des compagnons cartiers, de la Rose-Croix et de l'alchimie dans ce qu'elle a de plus noble : la transmission d'une voie de transmutation de l'Etre au travers du plus fabuleux livre d'images qu'ait porté l'Occident.

 

Format : 1 volume 14 x 21 cm
Broché, 112 pages
Tirage limité à 500 exemplaires

Prix : 23

__________________________________________________________________________________________________________________

L'Atelier de la Rose

C

Transmettre. S’il était un mot résumant à lui seul les préoccupations des membres de L’Atelier de la Rose, c’est bien celui-ci. Car l’histoire de L’Académie du Minotaure – dont les travaux furent salués par René Guénon dans ses comptes rendus de lecture – reflète avant tout l’insatiable quête d’une authentique transmission provenant de témoins d’une lignée. Durant presque dix ans, les 33 cahiers de cette revue aujourd’hui devenus fort rares n’ont eu d’autre prétention que de faire état de l’avancement de leurs travaux et d’offrir, aux générations qui leur succéderaient, le fruit de leurs réflexions et de leur labeur. Afin de permettre au lecteur d’appréhender au mieux l’esprit et la lettre de ce formidable creuset que fut le Minotaure, une sélection des articles les plus significatifs de L’Atelier de la Rose lui est ici proposée. Les nombreux textes d’Albert Gleizes, René-Maria Burlet, Robert Pouyaud, Nicolas Boon, ou encore R.-A. Schwaller de Lubicz contenus dans cet ouvrage s’avèrent en effet d’une rare qualité.
Nous attirons l’attention de nos lecteurs sur l’introduction de M. Henri Giriat, dernier témoin de cette époque, qui passionnera à plus d’un titre tous ceux qui souhaiteront approfondir leurs connaissance des confréries ésotériques, et notamment de L’Estoile Internelle dont les membres furent en relation étroite avec ceux de L’Académie du Minotaure.
Les trois reproductions en couleurs de leurs travaux d’atelier achèvent de nous replonger dans leur fascinant univers…


Textes de Nicolas Boon, René-Maria Burlet, le moine Catoblépas, Jean Chevalier, Marcel Cluzel, Anne Dangar, Marie A. Deveraux, Didron, Henri Elie, Gaston Georgel, Matila C. Ghyka, Henri Giriat, Albert Gleizes, Henri de Montrond, Joseph Olivier, Robert Pouyaud, R.-A. Schwaller de Lubicz, E. von Steinbach, Dom Angelico Surchamp, J.M. Tezé.

 

Format : 1 volume 15 x 23 cm
Broché, 268 pages
Tirage limité à 100 exemplaires

Réimpression prévue en 2022

__________________________________________________________________________________________________________________

L'Art du trait - tracés à la corde des bâtisseurs romans

C

Après un premier ouvrage intitulé " La géométrie du nombre d’or "qui a connu un franc succès, Robert Vincent, en professionnel du batiment et virtuose des constructions géométriques, reprend la plume et explique avec règle et compas (ou cordeaux et cannes à mesure), comment les moines batisseurs du Moyen-Âge ont procédé pour édifier leurs monastères, imposants ouvrages aux lignes très pures ou tout est spiritualité, symbole, harmonie, mesure à la mesure de l’homme et beauté.

Robert Vincent détaille dans ce livre comment, à partir d’une simple corde à nœuds et d’une canne à mesurer, nos anciens batisseurs ont construit des ouvrages qui font encore notre émerveillement, contrairement à certaines églises construites à la fin du XXe siècle. Il nous rappelle que ces techniques de construction dont la Beauté constitue l'unique but à atteindre étaient déjà précisées dans la Bible et s’appuyaient sur les travaux des géomètres grecs où prédomine la divine proportion, autrement dit le nombre d’or.


Monsieur Robert Vincent, ingénieur diplomé de l’école spéciale des Travaux Publics de Paris et expert judiciaire honoraire, a dirigé durant tente années un bureau d’étude en béton précontrain marseillais.
Auteur lui même d’ouvrages d’art, ponts, tunnels, il aurait sans doute aimé étre maître d’œuvre dans la construction d’une église. C’est pouquoi il s’est toujours passionné dans la recherche du secret des batisseurs des cathédrales.
L’auteur entreprend de nous montrer comment, à partir d’une simple corde à nœuds et sans la puissance des ordinateurs, ces anciens batisseurs ont construit ces ouvrages imposants.

 

Format : 1 volume 21 x 26 cm
Broché, 94 pages
Tirage limité à 50 exemplaires

Réimpression prévue fin 2022

_____________________________________________________________________________________________________________________

Passage de l'Ombre / 1952-1953

C

Ecrit en 1952 par Frédérick TRISTAN (qui nous a quittés le 2 mars 2022) et illustré en 1954, Passage de l'Ombre fut l'objet de réguliers remaniements graphiques jusqu'au décès de Joël PICTON (1926 - 1993) puis sombra dans l'oubli.

Devenu le « livre inconnu », cet ouvrage inédit à l'exceptionnelle originalité de la collection Recherches Graphiques paraît aujourd'hui en tirage très limité, 52 ans après sa conception.

Un volume de 112 pages, format 16,5 x 22,5, dont 26 exemplaires sur Vélin pur fil Johannot lettrés de A à Z et 250 exemplaires sur Vergé de Rives numérotés de 1 à 250.

Il a été tiré en outre 12 exemplaires H.C. réservés à l'auteur et à l'éditeur.

Prix : 29 pour les quelques exemplaires sur vergé disponibles

 

_____________________________________________________________________________________________________________________